Cabinet Yves Menel AXA

Prévoyance – Investissement 

 

8 rue Maspero, 75016 Paris
Tél : 01.45.25.65.65

 

Les placements préférés des Français

Posté le : 10/12/2018

Pour la première fois en 20 ans, la détention d'actifs financiers ou immobiliers a diminué entre 2015 et 2018. C’est l’Insee qui l’affirme dans sa dernière enquête Patrimoine 2017-2018. En début d'année, 88 % des ménages ont déclaré posséder au moins un produit, autre qu’un compte courant, alors que ce taux de détention global était bloqué au-dessus des 90 % depuis 1998. Dans le détail, l’Insee différencie le patrimoine financier des Français qui baisse sensiblement (- 1,8 point) et le patrimoine immobilier qui, lui, résiste mieux (- 0,9 point). Seule la détention de patrimoine professionnel est à peu près stable (- 0,2 point).

Quels sont les placements préférés des Français ?

Sans surprise, l’assurance-vie reste (après le très populaire livret A) le placement préféré des Français en 2018. 39 % possèdent au moins un contrat d’assurance-vie, soit 2,5 points de plus qu’en 2015. Les contrats multisupports sont ceux qui progressent le plus vite. La part de ménages détenant ce type de contrat est passée de 9,3 % à 11,4 % entre 2015 et 2018. Au cours de la même période, la part des contrats multisupports contenant plus d’un tiers d’investissements en actions a également progressé. Cette évolution est due à la baisse de rendement des fonds euros, qui se traduit par leur repli continu depuis 2014 (autour de 1,8 % par an en 2017).

La détention de livrets dans son ensemble décline. L’exemple le plus marquant étant celui du livret A : 73 % des foyers déclarent posséder un livret A en 2018, contre 76 % en 2015.

Évidemment, le choix du type de placement est souvent corrélé avec l’âge. 31 % des ménages de moins de 30 ans en possèdent un livret jeune, par exemple.

À l’autre bout du spectre, passé 60 ans, le Livret d’épargne populaire (LEP), accessible sous conditions de ressources, cartonne auprès de ménages dont les revenus déclinent à l’heure de la retraite. 25 % des ménages de plus de 70 ans possèdent un LEP.

Hausse en trompe-l’œil de l’épargne logement

Les produits d’épargne logement suscitent aussi un regain d’intérêt auprès des ménages, dans un contexte où ils favorisent une épargne peu risquée : environ un sur trois en détient un début 2018, une part en hausse de 1,8 point depuis 2010. C’est surtout le PEL (plan d’épargne logement) qui progresse (+ 5 points entre 2010 et 2018, après avoir reculé de 11 points entre 2004 et 2010). La progression du Plan épargne logement est toutefois à nuancer car en trompe-l’œil. Il profite de sa période faste 2015-2016. Depuis, et d’autant plus en 2018 avec l’imposition des intérêts du PEL dès l’ouverture, la souscription de produits d’épargne logement a très fortement ralenti.

Le CEL (compte épargne logement) est au contraire en baisse constante depuis 2004 : il a perdu 4 points entre 2004 et 2015 et 1,6 point entre 2015 et 2018. En cause, sa rémunération passée de 0,75 % en 2013 à 0,5 % en 2015.

Le déclin des valeurs mobilières (actions, obligations, etc.) se confirme : en 2004, près d’un quart de la population déclarait posséder des titres financiers (actions, obligations, OPCVM, etc.) ; en 2018 l'investissement boursier - direct ou indirect - ne concerne plus que 16 % de la population. Et ce déclin concerne aussi bien le PEA que le compte-titres selon l'Insee.

A noter l’épargne salariale et l’épargne retraite stagnent et que 61,7 % des ménages possèdent un patrimoine immobilier, que ce soit leur résidence principale ou un autre logement. 57,8 % des ménages sont propriétaires de leur résidence principale, un taux relativement constant depuis la fin des années 1990.